The blue pill (Sildenafil) is a remedies that medical doctors eddoqcpxga eddoqcpxga prescribe to support men that have male impotence have tevegbzqdl tevegbzqdl

Julie Iarisoa (Yellow)
Julie Iarisoa (Yellow)

INFOS

Monday, October 1st – 8.00 P.M. – Dance Factory  – 40 minutes

Julie Iarisoa / Cie Anjorombala / Madagascar

Contemporary popular culture or popular contemporary culture? A simple lexical displacement and a whole field of artistic inquiry opens up before us. Julie Iarisoa voluntarily enters into this ambiguity to create Yellow, a piece which incorporates music, rhythms, text and dance in an original form, drawing on workshops undertaken with young Malagasy dancers. Undulations and gyrations, turns and drops – the body movements are fast and syncopated, drawing as much on traditional dance as on contemporary or hip hop techniques. Punctuated by striking footfalls, trance-like tremors and frantic swaying, Yellow reflects the cultural mix which marks out the choreographic singularity of the island. Full of energy and zest for life, swirling and tumultuous, the show joyfully transgresses the line between scholarly and vernacular genres.

Choreography: Julie Iarisoa
Dancers: Oliva Randrianasolo, Julienne Njarasambatra, Julie Iarisoa, Bienvenu Randrianirina, Lalaina Razanajatovo
Music: Odon Rakotoarisoa
Light: Heritiana Mahazoasy
With the support of: Ecole des Sables Sénégal, Institut français de Madagascar, Projet Art Mada2.

Contact: +261 34 85 61 096 / iarisoajulie@yahoo.fr

With the special support of the Institut français de Madagascar

 

BIOGRAPHY

(Available only in French)

En 2000, Julie commence à suivre les sta- ges de chorégraphes locaux et étrangers comme : Zoë ANDRIANJANAKA, Ariry ANDRIAMORATSI- RESY, Valérie BERGER, Eric MEZINO, Herwann ASSEH, Faustin LINYEKULA, Opiyo OKACH, Salia SANOU, Bernardo MONTET. Elle participe fréquemment aux œuvres chorégraphiques pré- sentées lors des manifestations culturelles à Madagascar telles que : KARAJIA, SANGA. Julie est assidue lors des ateliers organisés par la compagnie RARY. En 2003, elle intègre la compagnie. Elle suit ses créations sur toute l’île puis en Slové- nie, au Burkina Faso et au Kenya. Elle y perçoit le mariage subtil de la danse contemporaine et de la danse traditionnelle malgache. Elle y développe un goût pour la précision du geste.
À Madagascar, la danse est aussi dans la rue. Des rencontres informelles avec des danseurs urbains deviennent des rendez-vous réguliers pour Julie. Une source pour elle de nouveautés et de liberté d’expression, dans laquelle elle puise son énergie.
En 2002, elle rencontre Eric Mézino, chorégraphe Hip Hop français, et participe au projet franco-malgache « Tany Menaterre rouge » durant 3 ans. En 2004, Julie crée et dirige sa propre compagnie de danse contemporaine, « Anjorombala ». Elle chorégraphie et danse les pièces « Anjorombala » et « Ambanja ». La compagnie donne plusieurs représentations à Tananarive puis au festival «Danse l’Afrique danse» à Paris en 2006. Durant toute l’année 2007, Julie suit les cours de formation professionnelle au CMDC (Centre Méditerranéen de Danse Contemporaine en Tunisie) et débute sa collaboration avec le danseur chorégraphe tchadien Yaya Sarria.
Julie aime les aventures hors de son champ artistique et en 2008, à Mayotte, elle participe à la pièce « Lifâat Mat » de la compagnie de théâtre « Istambul ».
En 2008, Elle se lance dans un exercice incontournable pour la création chorégraphique, le SOLO. « Flou » est présenté à Tananarive ( au Centre culturel Albert Camus), et à Mayotte dans le cadre du festival « passe en scène ».
Elle arrive à Paris en janvier 2009, grâce à la résidence d’artiste mise en place par les Récollets – Mairie de Paris afin d’y travailler son second solo. Pour cela, elle est accueillie par Micadanses au cœur de Paris et par le Centre national de la danse à Pantin. Elle travaille en avril et mai 2009 au Centre Chorégraphique National de Tours avec Bernardo Montet puis en juin au Quartz à Brest avec la compagnie « Moral Soul » d’Herwann Asseh.
Sa dernière pièce « Sang couleur » (quatuor) a fait l’objet de plusieurs représentations locales à Madagascar et à Mayotte. La pièce gagne le prix « Puma Créative » lors du concours « Danse l’Afrique danse » à Bamako en novembre 2010.
Julie Iarisoa représente le Madagascar pour la formation chorégraphique « chrysalides » qui se déroule au Sénégal, Kenya et Burkina Faso en 2011.

Share this: