The blue pill (Sildenafil) is a remedies that medical doctors eddoqcpxga eddoqcpxga prescribe to support men that have male impotence have tevegbzqdl tevegbzqdl

Jacques Banayanga (Laisse-moi parler)
Jacques Banayanga (Laisse-moi parler)

INFOS

Mercredi 3 Octobre – 19h, Dance Factory – 40 minutes

Jacques Banayanga / Cie Jacques Banayanga / Congo

Laisse-moi parler est une pièce militante qui évoque les problématiques sociales et politiques qui minent l’Afrique : famine, chômage, absence d’aides, censure, corruption… Sur la scène, quatre danseurs aux gestes éloquents. Mais… Ils ont beau ouvrir la bouche, les sons ne sortent pas, les mots restent enfoncés dans la gorge. Les regards s’échangent, incrédules, effrayés. On sent la clameur se former dans les poitrines. Les mains frémissent. Les lèvres tremblent. Mais rien. Ils nous laissent sans voix. Sans voix, comme tous les opprimés, tous ceux qui demeurent en souffrance, oubliés, obscurs, coincés dans une salle d’attente, en train d’attendre quoi d’ailleurs, on ne sait pas, on ne sait plus. Au seuil du monde. Ils nous adressent un sourire timide de mal accueillis. Sautent et tressautent, sur le point de parler, sur le point de dire, prêts à défaillir… Cette lutte contre le silence illustre de façon troublante le combat des jeunes africains pour le droit à la parole.

Chorégraphe : Jacques Banayanga
Interprètes : Jacques Banayanga, Ambassa Mimani Kibala, Amigo Bonaza Bolamba, Arnold Ndumbi Ngimbi
Musique : Igue Ionda, Cyesm, Clelia Véga, Justin Mombele
Technicien: Pierrot Lufuankenda Lendo Ssyla
Avec le soutien de : Institut français de République démocratique du Congo (Kinshasa), Halle de la Gombe, festival Masdanza / Canaries, CASA Africa.

Contact : +243 81 68 68 023 / jacquesbanayanga@yahoo.fr

Avec le soutien particulier de l’Organisation Internationale de la Francophonie

 


Jacques Banayanga – Laisse-moi parler from Institut français on Vimeo.

BIOGRAPHIE

Kinshasa (RDC) 1974 Après une solide formation en danse traditionnelle congolaise de 1991 à 1996, Jacques Bana Yanga se tourne rapidement vers l’écriture contemporaine, via différents chorégraphes tels que Jean Marie Musungay, Longa Fo, Faustin Linyekula, Pegas Ekamba pour la RDC mais aussi Célestin Kose de Brazzaville, Fred Bendongue (France /Cameroun), Céline Back (France), Gérard Goudreau (France), Julie Dosalvie (Bénin/France), Germaine et Patrick Acogny (Sénégal), Pierre Doussaint (France) , Nora Chipaumire (Zimb/US) et d’autres encore. Depuis 2005, il participe aux stages intensifs de l’Ecole des Sables de Germaine Acogny (Sénégal) où multiples chorégraphes internationaux sont invités pour former danseurs et chorégraphes africains en devenir. En 2007, ce stage intensif est ouvert pour la première fois à d’autres danseurs-chorégraphes des 5 continents. Il rencontre à cette occasion Florence Loison et Camille Tholliez . En parallèle de ces formations, il travaille sur sa propre écriture et se lance dans la chorégraphie, en même temps qu’il interprète ses pièces, avec d’autres danseurs qu’il forme. Il commence en 2005 avec essentiellement des pièces collectives, accompagnées de musiciens, qui dialoguent davantage entre danse traditionnelle et contemporaine : «Mpasi» en 2002, « Nzela Munene» en 2003, «Luka Okozua» en 2004. Il participe à une création en tant qu’interprète avec Fred Bendongue en 2005 «Rumba vers Kin». Il créé la même année «fulu» (poubelle). A partir de 2006, son propos se tourne désormais davantage vers l’expression contemporaine, avec des pièces plus radicales comme le solo « Embouteillage » qu’il interprète et qui aura également une version en quintet. En 2009, il revient avec une pièce collective pour quartet intitulée « Laisse-moi parler! » qui traite de la difficulté de l’expression individuelle en Afrique. La même année, il est invité par le Festival Lignes Africaines en France pour un laboratoire chorégraphique, dirigé par Nora Chipaumire, à la Fonderie, lieu de résidence international dirigé par le Théâtre du Radeau (Le Mans). Il est invité par la Fonderie en juillet 2010 pour une novelle résidence de travail sur son solo « Embouteillage », présentée au public les 16 et 17 septembre 2010. « Il n’est jamais trop tard », ce spectacle crée en 2010 a été présenté à l’Institut Français Halle de la Gombe de Kinshasa, au Tarmac des Auteurs, Espace Béjarts et Ecole Américaine (TASOK).aussi le festival Kaay Fecc Dakar Sénégal 2011 Laisse-moi parler, le spectacle de Danse de cet artiste chorégraphe, vient de remporter le deuxième prix du Festival International de Danse, 16masdanza, ville Canarie – Maspalomas, du 15 au 22 octobre 2011.

 

Share this: