The blue pill (Sildenafil) is a remedies that medical doctors eddoqcpxga eddoqcpxga prescribe to support men that have male impotence have tevegbzqdl tevegbzqdl

Boris Ganga Bouetoumoussa (La piste)
Boris Ganga Bouetoumoussa (La piste)

INFOS

Jeudi 4 Octobre – 20h, Soweto Theatre – Red Theatre – 52 minutes

Boris Ganga Bouetoumoussa / Cie Bô Zu dia Katiopa / Congo

La piste, c’est celle que l’on suit et qui vous sauve tandis que le monde est en pleine furie. La piste, ce sont les traces qu’on laisse, désordonnées, grouillantes, anarchiques, quand on fuit, méticuleuses et mesurées quand on les retrouve dans le fouillis de sa mémoire. La piste est la chorégraphie d’un corps marqué, bringuebalé dans les convulsions de la guerre, de la politique, un individu qui demande le droit d’exister pour les autres, un homme qui s’agite et se lève malgré tout. La gestuelle tout en pleins et en déliés s’arrime peu à peu à la terre. Les sauts se répètent et se vident de leur exaltation pour devenir arrachement. La violence se glisse sous la peau, dans les gestes rentrés, dans le regard qui s’absente. L’homme trace des lignes au sol, des lignes de vie, des lignes de force. Seuls les morts ont  raison. Comment échapper aux rebelles, aux militaires, aux codes, aux règles aux modèles idéologiques… Comment supporter l’insupportable ?

Chorégraphe, interprète & musique : Boris Ganga Bouetoumoussa
Technicienne, conseillère artistique : Aliénor Vallet
Répétitrice, son : Alesandra Seutin
Partenaires : Centre national de la danse
Remerciements : Germaine Acogny, Brigitte Hyon, Judith Depaule, Harvey Massamba, Katherine Joséphau, Armel Louzala, Kettly Noël.
Avec le soutien de : Institut français – Visa pour la création 2011, Institut français du Congo (Brazzaville).

Contact : +33 (0) 6 11 61 45 52 / bouetoum_bo@yahoo.fr

 


 

 

Boris Ganga Bouetoumoussa – La piste from Institut français on Vimeo.

BIOGRAPHIE

Chorégraphe, danseur interprète et directeur artistique de la Cie Bô Zu dia Katiopa, Boris Ganga Bouetoumoussa, né le 3 Août 1973 à Linzolo en République du Congo, débute sa carrière artistique à l’âge de 14 ans dans le ballet Génie Militaire. Il fonde en 2001 le groupe Zu dia Katiopa qui deviendra en 2006 la Cie Bô Zu dia Katiopa. Il est aussi co-fondateur des compagnies Ngoma za Kongo, Diba Danse (en RDC) et du groupe de musique Biya Loukoyi. Il est membre du jury des révélations 2010 meilleurs artistes de l’Indépendance du Congo. Il est lauréat du programme Visa pour la création 2012 attribué par I’Institut Français.
Formation
En 2005, il participe au 6ème stage à l’Ecole des sables Jant-Bi de Germaine Acogny au Sénégal (bourse Egide), au 7ème stage en 2007 (bourse UNESCO) et au 9ème stage en 2009. En 2008, il bénéficie d’une bourse du Ministère de la Culture français pour un programme de formation en danse contemporaine de 3 mois au Centre national de la danse. Fin 2009, il participe à l’atelier d’écriture chorégraphique mis en place par CulturesFrance à Bamako (Donko Seko), Brazzaville (Li-Sangha) et Ouagadougou (La Termitière). En 2011, il participe à un stage de chorégraphie et de transmission de la technique Acogny 1ère phase à l’Ecole des sables.

Créations
Sollicité comme chorégraphe depuis 1997, il réalise Désordre avec la troupe Rocado Zulu Théâtre en 1997- 1998, Makenga (Souffrance) avec la Cie Diba Danse de l’Ecurie Maloba en RDC en 1999, Tiya (Le feu) avec la compagnie Ngoma za Kongo, (lauréat des IVèmes Jeux de la Francophonie en 2001), Point d’interrogation avec le Ballet National du Tchad en 2004. Il assure la chorégraphie de pièces de théâtre : La Rue des mouches, Monologue d’or et noce d’argent, Une chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi ; Les jupes scellées et L’oseille à pépin de Maurice Dibingue ; ainsi que Quai ouest de Bernard Marie Koltes.
Avec la Cie, il chorégraphie une première pièce en 2003 intitulée Obstacles puis Tatamana (Persévérance) en 2004 et un chantier Yuma (Diable sec) en 2005. Il monte une version trio de Confusion cérébrale en 2006 qui deviendra un quatuor en 2007 et un solo Bitini Bitini (Secteur par secteur) en collaboration avec la vidéaste Aliénor Vallet. Pour la 4ème édition du Festival Mantsina sur scène à Brazzaville, il adapte Intérieur- Extérieur de Dieudionné Niangouna en regard croisé avec le metteur en scène Alain Gintzburger. En 2007, il entame un chantier de re-création Yuma (Conflits) en collaboration avec la metteuse en scène Eva Doumbia et participe au documentaire Bô, l’empreinte du rythme réalisé par Aliénor Vallet qui dresse un portrait de lui. Boris Ganga participe comme artiste associé à la 5ème éd. du Festival Mantsina où il présente une Carte blanche Ti mpeve avec 2 chantiers M’fundu (Procès) et Qu’est-ce que c’est que c’est, une création Pas d’embrouille et chorégraphie le chantier Vilaine de Dieudonné Niangouna. En 2008, il initie une création Il ou Elle dont 15 représentations sont programmées au TARMAC de la Villette en 2009 et qui donne lieu à une vidéodanse Mpeve Ya Nzadi (L’esprit du fleuve). Après un chantier de création duo DES PEAUX session au CND, il signe début 2010 une nouvelle création Port du casque obligatoire qui est sélectionnée au concours de la biennale Danse l’Afrique Danse ! organisée par CulturesFrance. Il chorégraphie le spectacle Le Destin Partagé (de Louya Mpene Maléla et B. Mafoua, mise en scène Eric Mampouya) crée pour la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance du Congo, sous le haut patronage du Ministère de la Culture et des Arts du Congo.

Enseignement
Formateur des danseurs de son groupe depuis fin 2001 puis de sa Cie, il anime aussi régulièrement des stages pour les danseurs de Brazzaville. De 2003 à 2006, il est formateur et co-responsable des Ateliers de Recherche Chorégraphique du Centre culturel français de Brazzaville sous le suivi pédagogique de Paco Décina. En 2009, il donne un stage au studio Nyata-Nyata à Montréal.

Share this: