The blue pill (Sildenafil) is a remedies that medical doctors eddoqcpxga eddoqcpxga prescribe to support men that have male impotence have tevegbzqdl tevegbzqdl

Ahmed Khemis (Le voyage de Bou Saâdia)
Ahmed Khemis (Le voyage de Bou Saâdia)

INFOS

Dimanche 30 Septembre – 18h, Soweto Theatre  – Yellow Theatre – 60 minutes

Ahmed Khemis / Cie Jawal / Algérie & Tunisie

Cette création est inspirée par un personnage folklorique, le Bou Saâdia. Vêtu de loques et de peaux de bêtes, masqué, emplumé, harnaché, tintant de toutes parts du son de ses clochettes et de chkacheks (un instrument à percussion en métal ressemblant aux castagnettes) qu’il tient entre les doigts, il danse. Il est issu de la communauté noire tunisienne, enfants d’un esclavage tardif. Il incarne la tradition oubliée des sorciers, des danses de masque, offrant un spectacle éblouissant et empreint de spiritualité. Soulevant l’enthousiasme, il est suivi de gens qui dansent intensément à la même cadence jusqu’à la transe. Accompagné par les « banga » (musiciens du Bou Saâdia) qui utilisent grosse caisse (goumbri), tambourin et karkabou ils parcourent les rues et, contre quelques pièces, jouent de la musique et chantent. Au grand dam des enfants que l’on menaçait autrefois du Bou Saâdia s’ils n’étaient pas sages…

 Chorégraphe, interprète : Ahmed Khemis
Lumières : Nicolas Diaz
Costumes : Salah Barka
Production : Association Jawal.
Avec le soutien : Ness El Fen, Centre culturel et sportif de Jeunes El Manzah 6 de Tunis , Conservatoire d’Angers, CNDC d’Angers, Studio 44/Cie Gilles Jobin de Genève.

Contact : +33 (0)6 63 71 37 93 / ahmedkhemis@hotmail.fr

BIOGRAPHIE

Algérien de nationalité ayant vécu en Tunisie depuis l’âge de 8 ans, il a commencé avec le hip hop, imitant son frère et prenant goût aux mouvements ondulés et cassés de ce langage. Danseur indépendant, c’est en Tunisie qu’il a rejoint à 9 ans la compagnie Sybel Ballet Théâtre dirigée par Syhem Belkhodja.
Les onzes années au sein de la compagnie Sybel Ballet Théâtre lui ont appris la rigueur de la danse, la nécessité d’adaptation qu’un danseur doit avoir pour vivre de son art, et lui a permis de découvrir la danse contemporaine.
Cependant    l’absence    de    codes    en    danse contemporaine lui a permis de trouver une liberté de corps pour s’exprimer sur d’autres musiques, notamment la musique sufi.
En 2002, Ahmed Khemis a intégré l’école supérieure du Centre National de Danse Contemporaine à Angers. Pendant 2 ans, il a travaillé avec de
nombreux danseurs et chorégraphes qui ont aboutit à 3 créations chorégraphiques : «Ingrina Zavial», création de Isira Makuloluwe, « La zone » création de Serge Ricci, « Silence », création de Lluis Ayet et Rita Quaglia 3 chorégraphes différents puis une tournée à l’étranger.
A la sortie du CNDC, j’ai dansé au festival Suresnes Cité Danse (2005) avec les chorégraphes Salia SANOU et Seydou BORO, j’ai crée un solo pour le festival du Printemps de la Danse à Tunis, puis j’ai été invité au festival de Montpellier Danse pour le Vif du Sujet où Odile DUBOC m’a écrit un solo.

 

Share this: